Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 10:58

Dans la cuisine où flotte une senteur de thym,
Au retour du marché, comme un soir de butin,
S’entassent pêle-mêle avec les lourdes viandes
Les poireaux, les radis, les oignons en guirlandes,
Les grands choux violets, le rouge potiron,
La tomate vernie et le pâle citron.
Comme un grand cerf-volant la raie énorme et plate
Gît fouillée au couteau, d’une plaie écarlate.
Un lièvre au poil rougi traîne sur les pavés
Avec des yeux pareils à des raisins crevés.
D’un tas d’huîtres vidé d’un panier couvert d’algues
Monte l’odeur du large et la fraîcheur des vagues.
Les cailles, les perdreaux au doux ventre ardoisé
Laissent, du sang au bec, pendre leur cou brisé ;
C’est un étal vibrant de fruits verts, de légumes,
De nacre, d’argent clair, d’écailles et de plumes.
Un tronçon de saumon saigne et, vivant encor,
Un grand homard de bronze, acheté sur le port,
Parmi la victuaille au hasard entassée,
Agite, agonisant, une antenne cassée.

 

La cuisine - Albert Samain (1858-1900)

 

IMAG6011

 

IMAG6019

 

IMAG6020

 

IMAG6010

 

IMAG6014-copie-2

 

IMAG6023

 

IMAG6024

 

IMAG6026

Mon repas du jour...

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 06:52

    Il n'y a que la mère et les deux fils
    Tout est ensoleillé
    La table est ronde
    Derrière la chaise où s'assied la mère
    Il y a la fenêtre
    D'où l'on voit la mer
    Briller sous le soleil
    Les caps aux feuillages sombres des pins et des oliviers
    Et plus près les villas aux toits rouges
    Aux toits rouges où fument les cheminées
    Car c'est l'heure du repas
    Tout est ensoleillé
    Et sur la nappe glacée
    La bonne affairée
    Dépose un plat fumant
    Le repas n'est pas une action vile
    Et tous les hommes devraient avoir du pain
    La mère et les deux fils mangent et parlent
    Et des chants de gaîté accompagnent le repas
    Les bruits joyeux des fourchettes et des assiettes
    Et le son clair du cristal des verres
    Par la fenêtre ouverte viennent les chants des oiseaux
    Dans les citronniers
    Et de la cuisine arrive
    La chanson vive du beurre sur le feu
    Un rayon traverse un verre presque plein de vin mélangé d'eau
    Oh ! le beau rubis que font du vin rouge et du soleil
    Quand la faim est calmée
    Les fruits gais et parfumés
    Terminent le repas
    Tous se lèvent joyeux et adorent la vie
    Sans dégoût de ce qui est matériel
    Songeant que les repas sont beaux sont sacrés
    Qui font vivre les hommes

Le repas - Guillaume Apollinaire (1880 -1918) 

 

tumblr lgk7egoj351qam9rlo1 500

 

tumblr lpbjknnNnq1qkogu3o1 500

 

tumblr lpzcq75cmG1qmz43co1 500

 

tumblr ls54x5uurQ1r3cmgco1 500

 

tumblr lv3h27h4ci1qfu7vio1 500

 

tumblr lx14e1av1h1r9phfzo1 500

 

tumblr lx21d3whZP1r8cfjgo1 500

 

tumblr lybgsa4KTn1r8xay7o1 500

 

tumblr lybrb5Yli31qj3tqqo1 500

 

tumblr lz2tt1OhI11r1e07no1 500

 

tumblr lzdykvxtiU1qkis89o1 500

 

tumblr lzmchlbI401qeq59ao1 500

 

 


Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:15

La mélancolie des jeunes gens n'est que l'appétit du bonheur.

Lucien Arréat

 

2-copie-1

 

3

 

4

 

5

 

6

 

image1

 

image2

 

image4 

 

[ source photos : http://www.ostape.com ]

 

 

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:20

Le cinéma a toujours eu bien des vertus ; celles de faire voyager, de nous transporter, de nous émouvoir, de nous indigner, de nous faire envie aussi, de nous faire fantasmer et parfois même saliver. Je vous guide vers quelques pistes hédonistes, épicuriennes, culinaires, gastronomiques, à la bonne franquette : du grand restaurant au pique-nique. Petit parcours visuel parmi des films qui font envie, qui remuent les papilles, qui donnent du rêve et du plaisir sans forcément dégraffer des braguettes. Des scènes de table et de festins pour nous rendre affables et changer nos destins...

 

18785296

Le fameux cochon transporté par Martin et GranGil dans La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara (1956) et l'épicier Jambier. Une époque où manger du cochon était un luxe et être épicurien devenait incertain...

 

alexandre-le-bienheureux-1969-9769-1068902560

L'installation de bon vivant que s'est bricolé Alexandre le bienheureux dans le film d'Yves Robert (1968)

 

alexandre-le-bienheureux-1969-9769-1596053566

La sieste au grand air pendant que toutou surveille les cannes à pêche. Alexandre le bienheureux  (1968)

 

belmondo-un singe en hiver-1962

Scène de repas sobre entre Quentin, Fouquet et cette bonne Suzanne, Un singe en hiver (1962) : roman d'Antoine Blondin, film d'Henri Verneuil, dialogues de Michel Audiard, une ôde à l'ivresse et non pas à l'alcoolisme.

 

bonheur-est-dans-le-ii-aff-1-g

 

bonheur-est-dans-le-pre-02-g

Le film épicurien par excellence : Francis Bergade (Michel Serrault) se trouve projeté dans une nouvelle existence par un concours de circonstances incongrues. Il délaisse sa vie de con pour profiter de celle qu'on lui offre à Condom dans le Gers. Entre canards dans la prairie, art de l'hospitalité, prise de conscience des plaisirs de la vie et multiples scènes de table. Foie gras, Armagnac et qualité de vie sont mises en avant... Le bonheur est dans le pré d'Etienne Chatilliez (1995)

 

Chocolat-Binochee 400

Juliette Binoche vient foutre le bordel dans une petite communauté paisible, austère et conservatrice. Comment ? En y ouvrant une petite boutique de chocolat et en proposant du goût, des épices, du voyage dans la bouche de ses concitoyens... Le Chocolat de Lasse Hallström (2001)

 

glacon

A l'heure de voir arriver son cancer, quoi de plus agréable que de partager un bon blanc glacé avec lui au bord de la piscine ? Le bruit des glaçons de Bertrand Blier (2010)

 

garcon-1983-5064-1040422266

Ambiance de grande brasserie parisienne de type Bouillon-Chartier avec Montand, Villeret, Fresson dans de grands numéros, Garçon ! de Claude Sautet (1983)

 

cuisine-au-beurre-01-g

Duel de bonnes gueules pour une bagarre culinaire entre la cuisine à l'huile et celle au beurre, un conflit nord-sud avant l'heure, La cuisine au beurre de Gilles Grangier (1963)

 

la cuisine americaine 1997 reference

Eddy Mitchell en grand chef pour un playdoyer caricatural entre tradition française et nouvelle cuisine, sous fond de rivalité franco-américaine, La cuisine américine (1998)

 

l-aile-ou-la-cuisse-1976-7313-1299722255

La face cachée d'un grand guide culinaire (Le Duchemin) sous la caricature et les grimaces incarnées par De Funès, des scènes cultissimes et des dialogues qui reviennenent en tête avec, déjà, une volonté de combattre la malbouffe et l'ennemi ici personnalisé par Tricatel (Julien Guiomar). L'aile ou la cuisse de Claude Zidi (1976)

 

l-aile-ou-la-cuisse-1976-7313-1960021001

Face à face avec un restaurateur mécontent, mal noté par Duchemin, L'aile ou la cuisse (1976)

 

le-festin-de-babette-1988-8168-147062786

Le festin de Babette de Gabriel Axel (Babettes Gæstebud, 1987)

 

le-festin-de-babette-1988-8168-2112007575

Stéphane Audran en aide à domicile qui improvise un repas gastronomique pour une communauté rigoriste et protestante au milieu d'un Danemark austère et rural du XIXème siècle. Dit comme ça, ça donne pas envie, et pourtant, ce film est un feu de joie au plaisir et à la madeleine de Proust qu'il éveille en nous...

 

mob3th2

Un film où ça ripaille, ça engloutit, ça avale les femmes comme la vie, le vin avec les amis et ça combat ses ennemis avec orgueil et poésie. Vive les poulardes, les agapes et les banquets sur des tablées à n'en plus finir... Mon oncle Benjamin d'Edouard Molinaro (1969). Jacques Brel y campe Benjamin, médecin de campagne sous Louis XV, bon vivant et rebelle face à la noblesse au pouvoir...

 

mon-oncle-benjamin-1969-07-g

Scène de festin dans Mon oncle Benjamin d'Edouard Molinaro (1969).

 

Odeur-papaye1

Tradition de la cuisine vietnamienne dans L'odeur de la papaye verte de Tran Hang Hung (1993).

 

sideways

Un film de potes qui dépote. Deux amis de longue date, un écrivain-loser (qui me ressemble) et un queutard de première partent une semaine avant le mariage du queutard faire la route des vins californienne (Napa Valley) pour se retrouver autour de séances de dégustation et de repas arrosés... Sideways d'Alexander Payne (2004)

 

Sideways4 L

Pique-nique avec les filles dans Sideways d'Alexander Payne (2004)

 

soul-kitchen-de-fatih-akin-4131910fsmqh

Où comment un cuisiner grec de quartier populaire de Hambourg tente de faire de son endroit un endroit hype et courru... Soul Kitchen de Fatih Akin (2009).

 

thevan

Où comment deux potes irlandais, victimes du chômage se lancent dans la grande aventure de la junk-food en ouvrant une friterie ambulante. Epicurien moyen, drôle surtout... The Van de Stephen Frears (1996).

 

vlcsnap-2010-08-25-12h16m22s134

Juste cette image d'un film que j'ai adoré dans ma jeunesse par sa volupté, son art de vivre, la Toscane, le soleil, l'art, la jeunesse, l'amour qui s'éveille et Liv Tyler ingénue au milieu de toute ça... Beautée volée (Stealing beauty) de Bernardo Bertolucci (1996).

 

Et puis, il y a certaines scènes qui méritent qu'on les voit, qu'on les écoute pour bien saisir de quoi on parle ici ; Calmos de Bertrand Blier (1976)

 
Un film que j'avais oublié. Une intrigue bizarre, très psy. Mais le tout tourne autour de la table...

Une affaire de goût de Bernard Rapp (2000).

 
Extrait du documentaire Ces fromages qu'on assassine, un tour de France buccolique et enchanteur des artisans qui continuent à produire un fromage de terroir au lait cru face aux géants de l'agro-ailimentaire...

Le festin de Noël, le documentaire qui m'a redonné envie fin 2010, envie d'avoir...

 

Bande annonce du film documentaire El Bulli : cooking in progress sur l'ex-plus grand cuisinier du monde, Ferran Adria. En même temps, je n'ai moi-même jamais été mangé chez lui, donc ce que j'en dis...


 

Un dernier clin pour terminer : "Ici, on prend du plaisir, vous connaissez ce mot-là ? Plai-sir !"

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 08:53

Sur la nappe ouvragée où le festin s'exalte,
La venaison royale alterne aux fruits des îles ;
Dans les chypres et les muscats de Rivesalte,
Endormeur des soucis, ô Léthé, tu t'exiles.

- Mais l'antique hippogriffe au vol jamais fourbu,
M'a porté sur son aile à la table des dieux ;
Et là, dans la clarté sidérale, j'ai bu,
A pleine urne, les flots du nectar radieux.

 

Jean MORÉAS (1856-1910) 

 

01

 

02

 

03

 

04

 

05

 

09

 

csdcscds

 

crevette

 

cooking 20080630 7720

 

cooking 20080630 7690

 

364 6482 RT16

 

369 6945 RT16

 

[ source photos : http://www.hotel-chezcharles.com/ ; http://www.hotelroya.com/ ]

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 18:52

J'ai cette nuit goûté les plus douces douceurs
Du breuvage des dieux, de la manne prisée,
Du miel, du sucre doux, de la douce rosée,
Que l'aube en larmoyant répand dessus les fleurs.

Sur le point que la nuit retire ses horreurs
Pour faire plate au jour, j'ai ma lèvre posée
Sur la lèvre vermeille, où mon âme embrasée
Avec Amour humait mille douces liqueurs.

Songeant, il me semblait qu'Amour dessus ta bouche,
Digne tant seulement que l'Amour même y touche,
Amoureux s'en allait, ta lèvre suçotant,

Puis saoulé de douceur, faisait place à mon âme.
Ô Songe bienheureux, s'il durait tout autant
Que dure mon amour, mon tourment et ma flamme !

 

Isaac HABERT (1560-1615)

 

3415117493 ea790b3963

 

 

3415117847 a06cdfa051

 

3415118299 f0b8dd073e

 

3415120499 9c26d3650c

 

3415121081 b6bd161c84

 

3415121937 43d7e2d61c

 

3415922446 6066ccf2f5

 

3415923254 25103eda9b

 

3415923630 727c8ff30c

 

3415925144 024db76c32

 

3415925392 8137988908

 

3415926180 47af8bfb5c

 

3415926460 31e22e5440

 

3415927770 c792e04a82

 

3415928014 c9d7e765ed

 

3415928556 bbe40ae1de

 

3415928788 8821aecd17

 

[ source photos : ]

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 10:24

 

bd

 

[ source : http://long.blog.lemonde.fr/ ]

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 08:14

Ni sa pensée, en vol vers moi par tant de lieues,
Ni le rayon qui court sur son front de lumière,
Ni sa beauté de jeune dieu qui la première
Me tenta, ni ses yeux - ces deux caresses bleues ;

Ni son cou ni ses bras, ni rien de ce qu'on touche,
Ni rien de ce qu'on voit de lui ne vaut sa bouche
Où l'on meurt de plaisir et qui s'acharne à mordre,

Sa bouche de fraîcheur, de délices, de flamme,
Fleur de volupté, de luxure et de désordre,
Qui vous vide le coeur et vous boit jusqu'à l'âme...

 

La bouche, Marie NIZET (1859-1922)

 

fevrier-2012 5713

 

 

fevrier-2012 5726

 

fevrier-2012 5756

 

fevrier-2012 5777

 

fevrier-2012 5789

 

fevrier-2012 5802

 

fevrier-2012 5807

 

fevrier-2012 5815

 

fevrier-2012 9816

 

fevrier-2012 9837

 

fevrier-2012 9858

 

fevrier-2012 9862

 

fevrier-2012 9871

 

fevrier-2012 9875

 

fevrier-2012 9886

 

fevrier-2012 9906

 

fevrier-2012 9927

 

fevrier-2012 9934

 

fevrier-2012 9981

 

fevrier-2012 9982

 

lassiette01

 

lassiette02

 

lassiette03

 

lassiette05

 

lassiette06

 

lassiette04

 

[ source photos : http://www.restaurant-atlantide.net/restaurant-nantes/ ]

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 12:42

Au fond, la crémaillère avait son croc pendu,
Le foyer scintillait comme une rouge flaque,
Et ses flammes, mordant incessamment la plaque,
Y rongeaient un sujet obscène en fer fondu.

Le feu s'éjouissait sous le manteau tendu
Sur lui, comme l'auvent par-dessus la baraque,
Dont les bibelots clairs, de bois, d'étain, de laque,
Crépitaient moins aux yeux que le brasier tordu.

Les rayons s'échappaient comme un jet d'émeraudes,
Et, ci et là, partout, donnaient des chiquenaudes
De clarté vive aux brocs de verre, aux plats d'émail,

A voir sur tout relief tomber une étincelle,
On eût dit - tant le feu s'émiettait par parcelle -
Qu'on vannait du soleil à travers un vitrail.

 

La cuisine - Emile Verhaeren

 

Recettes05

 

16g

 

15g

 

11g

 

2g

 

9g

 

Recettes01

 

Recettes02

 

Recettes03

 

Recettes04

 

Recettes06

 

Recettes07

 

Recettes08

 

Recettes09

 

Recettes10

 

Recettes11

 

Recettes12

 

[ source photos : http://www.troisgros.fr/ ]

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 17:52

01 l

 

02 l

 

03 l

 

04 l

 

05 l

 

06 l

 

07 l

 

08 l

 

09 l

 

10 l

 

11 l

 

12 l

 

13 l

 

14 l

 

15 l

 

16 l

 

17 l

 

18 l

 

19 l

 

20 l

 

21 l

 

22 l

 

23 l

 

24 l

 

25 l

 

26 l

 

27 l

 

28 l

 

29 l

 

30 l

 

31 l

 

32 l

 

33 l

 

34 l

 

[ Source : http://www.ristorantecracco.it/ ]

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans Gastro
commenter cet article

Présentation

  • : Sans blog !?!
  • Sans blog !?!
  • : Une quintessence de futilité ambiante avec des reminiscences variables de secousses telluriques, atmosphériques, éthyliques...
  • Contact

Recherche

Liens