Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 07:10

C'est drôle les amitiés, ne trouvez-vous pas ? Comment elles se font, comme elle se défont, pourquoi elles se déchirent, combien elles se consolident ou s'effritent, comme elles s'entretiennent ou sont délaissées. Comme on les laisse mariner parfois avec de l'aigreur, de l'incompréhension et des rancoeurs en soi. "Il n'y a pas d'amitié, il n'y a que des moments d'amitié", signalait justement Jules le renard. Ce sentiment certain qu'on peut partager les choses les plus profondes avec une personne à un moment précis, puis trouver cela inepte l'instant d'après. Pouvoir se livrer sans retenue à une personne à qui on accorde tout son crédit et qui n'a plus du tout votre confiance un peu plus tard. Faut dire que c'est fragile une amitié. Accorder trop de choses, de faveurs, d'attentions, de confidences à une même personne, celle-ci n'a pas le droit au moindre faux pas, car il remet en cause le ciment de l'édifice. La confiance que l'on accorde à untel est la chose la plus délicate à confier mais aussi à entretenir et à consolider avec le temps. C'est très cassant le crédit qu'on peut donner à quelqu'un, un peu comme la maladie des os de verre, ça peut craquer en un instant et effacer tout le passé dès à présent sans autoriser la moindre extra-ball. Les amitiés sont les relations les plus compliquées, les plus perfides aussi et forcément celles qui vous trahissent le plus en cas de mésentente, de reculade. Une amitié, ça se perd mais on ne sait jamais quand c'est fini. On sait quand on est plus amoureux mais de vrais amis finissent toujours par se retrouver après les tempêtes, c'est d'ailleurs ainsi qu'ils savent qu'ils sont de vrais amis...

 

http://29.media.tumblr.com/tumblr_lzbwcnoQRH1qcga5ro1_500.gif

 


 
Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:53

Forêts solitaires et sombres,
Je viens, dévoré de douleurs,
Sous vos majestueuses ombres,
Du repos qui me fuit respirer les douceurs.

Recherchez, vains mortels, le tumulte des villes ;
Ce qui charme vos yeux aux miens est en horreur :
Ce silence imposant, ces lugubres asiles,
Voilà ce qui peut plaire au trouble de mon coeur.

Arbres, répondez-moi !... Cachez-vous ma Sylvie ?
Sylvie, ô ma Sylvie !... Elle ne m'entend pas.
Tyrans de ces forêts, me l'auriez-vous ravie ?
Hélas ! je cherche en vain la trace de ses pas.

L'amant désespéré - Nicolas GILBERT (1750-1780)

 

 

"La tendresse d'un amant n'est jamais une affection bienveillante,
Mais un appétit grossier qui cherche à se satisfaire."

Platon

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:54

Une galerie originale et créative par Irina Werning. Elle dit d'elle : «J'aime les vieilles photos. J'avoue être un photographe curieux. Dès que j'entre dans la maison d'autrui, je commence à les regarder. La plupart d'entre nous sont  fascinés par leur look rétro, mais pour moi, c'est d'imaginer comment les gens allaient se sentir et paraîtres s'ils reposaient à l'identique aujourd'hui ... Il y a quelques mois, j'ai décidé de réellement le faire. Alors, avec mon appareil photo, j'ai commencé à inviter les gens à "revenir sur leur futur". 


Ato 1992 & 2010, Buenos Aires

back to the future01 Back To The Future

INGRID EN 1987 & 2010, Buenos Aires

back to the future02 Back To The Future

BENN ET DAN EN 1979 & 2010, Londres

back to the future03 Back To The Future

CECILE EN 1987 & 2010, France

back to the future04 Back To The Future

DAMIAN EN 1989 & 2010, Londres

back to the future05 Back To The Future

FER EN 1970 & 2010, Buenos Aires

back to the future06 Back To The Future

FIONA EN 1978 & 2010, Londres

back to the future07 Back To The Future

FLOR EN 1975 & 2010, Buenos Aires

back to the future08 Back To The Future

IAN EN 1984 & 2010, Londres

back to the future09 Back To The Future

LALI EN 1978 & 2010, Buenos Aires

back to the future10 Back To The Future

LUCIA EN 1956 & 2010, Buenos Aires

back to the future11 Back To The Future

Lulu & G en 1980 & 2010, Buenos Aires

back to the future12 Back To The Future

FLOR, MALE, SIL EN 1983 & 2010

back to the future13 Back To The Future

MARINA EN 1988 & 2010, Buenos Aires

back to the future14 Back To The Future

MARITA & COTY EN 1977 & 2010, Bueno Aires

back to the future15 Back To The Future

MATIAS EN 1977 & 2010, Uruguay

back to the future16 Back To The Future

MECHI EN 1990 & 2010, Buenos Aires

back to the future17 Back To The Future

FLO, MARIA & DOLORES EN 1979 & 2010

back to the future18 Back To The Future

La Negra 1980 et 2010, Buenos Aires

back to the future19 Back To The Future

NICO EN 1990 & 2010, France

back to the future20 Back To The Future

Nico en 1986 & 2010, Buenos Aires

back to the future21 Back To The Future

Oscar 1978 & 2010, Buenos Aires

back to the future22 Back To The Future

PANCHO EN 1983 & 2010, Buenos Aires

back-to-the-future23

SUE EN 1977 & 2010 , Londres

back to the future24 Back To The Future

TOMMY EN 1977 & 2010, Buenos Aires

back to the future25 Back To The Future

PARENTS IRINAS EN 1970 & 2010, Buenos Aires

back to the future26 Back To The Future

Marty McFLY EN 1985 & 2010, Hill Valley

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 08:16

Qu'est ce qu'elle peut m'agacer cette question ! C'est quoi tout d'abord le cinéma français ? C'est Jean Renoir, c'est François Truffaut, c'est Claude Zidi ? Y-a-t-il un lien entre le cinéma de Gaspar Noé, de Michel Hazanavicius, de Jacques Demy ou de Christophe Honoré si ce n'est une nationalité sur une carte d'identité ? Benoit Delépine et Gustave Kervern font-ils du cinéma français, belge, grolandais ou européen ? Haki Kaurismaki est-il un cinéaste havrais depuis peu ? Mathieu Kassovitz ne fait-il plus de cinéma français quand il tourne à Hollywood ou Nouméa ? Pourquoi Les Tuches ne sont-ils pas nommés aux Césars ? Parce que c'est du cinéma monégasque ? Alors c'est quoi le cinéma français, bordel ? C'est du franchouillard ambiance Delon, Ventura, Gabin, Fernandel, Bourvil, Belmondo ? Franck Duboscq est-il un acteur français ou est-il d'ailleurs un acteur tout court ? Jean-Pierre Jeunet est-il français lorsqu'il tourne Aliens 4 ? Alors pourquoi ne l'est-il plus pour Micmacs à tire larigots ? Parce que sa productrice a trouvé des fonds à l'étranger. Et voilà, tout se résumé à ça, à l'économique, rien à voir avec une certaine patte ou un exception culturelle française. Pour être nommé aux Césars, le film en question doit avoir une production issue majoritairement de capitaux hexagonaux. En clair, disons qu'avec cette règle, le Paris Saint-Germain ne pourrait plus jouer en championnat de France de foot. Voyez vous poindre ma déception à cette nouvelle, moi qui pensait que le cinéma français avait un charme si particulier? Il y a pourtant le bon cinéma, le moins bon et le merdique. Il y a le ciné intello, le poétique, les films à baston, les films pour gros beaufs, les films érotiques et les névrotiques. Il y a le cinéma d'horreur à la française et le Diner de cons. Ce que je préfère dans le cinéma à la française, ce sont ses remakes à l'américaine : My father the hero, A dinner for Schmucks, Les Visiteurs en Amérique, etc... je crois qu'on peut parler là de grand cinéma à la sauce ketchup. Et on attend avec violence les adaptations hollywoodiennes de Bienvenue chez les Ch'tis, Intouchables ou La grande Vadrouille. Luc Besson fait-il du cinéma français ? Et Claude Berri, et Richard Berri, et Marilou Berri, et Chuck Berry ? Et ensuite, y-a-t-il un cinéma allemand, irlandais ou italien ? Et le cinéma juif ? Du cinéma fait par des Juifs ? Pour des Juifs ? Qui parlent de Juifs ? Qui ne fait rire que les Juifs ? C'est quoi la différence entre le cinéma juif,le cinéma israëlien et le cinéma de Woody Allen ? Et le cinéma gay et lesbien ? Un cinéma de pédés fait par des pédés qui parlent de pédés ? C'est quoi ce communautarisme culturel ? Ca me fait bien marrer quand j'en entend qui disent aimer le cinéma asiatique pour frimer (alors que c'est une production annuelle énorme entre le Japon, la Corée, La Chine et les autres, qu'il y a à peine quelques films qui finissent sur le marché français et que c'est donc un leurre d'avoir une vision globale de l'ensemble ; on a déjà du mal à voir les 250 films de production française qui sortent chaque année), l'espagnol pour jouer des castagnettes, le cinéma engagé, le cinéma de genre, Jon Woo, Quentin qui ça ? Le cinéma est un chewing-gum qu'on machouille et qu'on se refile de mâchoires en rateliers. The Artist est-il un film français, puisqu'il a été tourné aux Etats-Unis et qu'on y parle pas un traitre mot de la langue de Molière ? Une chose est sûre et ça, tout Hollywood ne pourra plus nous l'enlever, c'est que le cinéma a été inventé en France il y a plus ou moins cent-vingt années (même si cette dernière thèse est bien évidemment contestée par certains). La prochaine fois, nous parlerons de poésie au cinéma et là, peu-être, je dis bien peut-être, aurons-nous un peu plus de raisons de nous réjouir et nous enchanter...


[Cérémonie annuelle des Césars ce vendredi 24 février à 21h sur Canal Plus]

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/93/Fratelli_Lumiere.jpg

The Light Brothers...

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 08:18

vlcsnap-66987

 

vlcsnap-67103

 

vlcsnap-67215

 

vlcsnap-67516

 

vlcsnap-67925

 

vlcsnap-68860

 

vlcsnap-69044

 

vlcsnap-69650

 

vlcsnap-69907

 

vlcsnap-70030

 

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 09:17

mon ex

 

pédophile-philie
un sac en plastique
pour mon corps

ça s'appelle l'amour
rapports amoureux
plan drague
mieux que rien
Ravi de te rencontrer... ou pas
Fête des mères... quotidienne

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 07:40

Le vent est doux comme une main de femme,
Le vent du soir qui coule dans mes doigts ;
L'oiseau bleu s'envole et voile sa voix,
Les lys royaux s'effeuillent dans mon âme ;

Au clavecin s'alanguissent les gammes,
Le soleil est triste et les coeurs sont froids ;
Le vent est doux comme une main de femme,
Le vent du soir qui coule dans mes doigts.

Je suis cet enfant que nul ne réclame,
Qu'une dame pâle aimait autrefois ;
Laissez le soleil mourir sur les toits,
Dormir la mer plus calme, lame à lame...
Le vent est doux comme une main de femme.

 

Charles GUÉRIN (1873-1907)

 

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 09:45

Oh ! Écoute la symphonie ;
Rien n'est doux comme une agonie
Dans la musique indéfinie
Qu'exhale un lointain vaporeux ;

D'une langueur la nuit s'enivre,
Et notre coeur qu'elle délivre
Du monotone effort de vivre
Se meurt d'un trépas langoureux.

Glissons entre le ciel et l'onde,
Glissons sous la lune profonde ;
Toute mon âme, loin du monde,
S'est réfugiée en tes yeux,

Et je regarde tes prunelles
Se pâmer sous les chanterelles,
Comme deux fleurs surnaturelles
Sous un rayon mélodieux.

Oh ! écoute la symphonie ;
Rien n'est doux comme l'agonie
De la lèvre à la lèvre unie
Dans la musique indéfinie...

 

Musique sur l'eau - Albert SAMAIN (1858-1900)

 

250554

 

255338

 

neil000-550x343

 

neil001

 

neil02

 

neil2

 

neil4

 

neil5

 

neil craver9-550x366

 

neil craver omni1

 

neil-craver omniphantasmic-01

 

neil-craver omniphantasmic-02

 

neil-craver omniphantasmic-03

 

neil-craver omniphantasmic-04

 

neil-craver omniphantasmic-05

 

neil-craver omniphantasmic-07

 

neil-craver omniphantasmic-08-550x367

 

neil-craver omniphantasmic-09-550x367

 

neil-craver omniphantasmic-10-550x367

 

All pictures by Neil Craver  

http://neilcraver.500px.com/ 

http://www.fubiz.net/2011/10/13/underwater-nude-series/

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 11:34

Au point que j'expirais, tu m'as rendu le jour
Baiser, dont jusqu'au coeur le sentiment me touche,
Enfant délicieux de la plus belle boucheQui jamais prononça les Oracles d'Amour.

Mais tout mon sang s'altère, une brûlante fièvre
Me ravit la couleur et m'ôte la raison ;
Cieux ! j'ai pris à la fois sur cette belle lèvre
D'un céleste Nectar et d'un mortel poison.

Ah ! mon Ame s'envole en ce transport de joie !
Ce gage de salut, dans la tombe m'envoie ;
C'est fait ! je n'en puis plus, Élise je me meurs.

Ce baiser est un sceau par qui ma vie est close :
Et comme on peut trouver un serpent sous des fleurs,
J'ai rencontré ma mort sur un bouton de rose.

L'extase d'un baiser - François Tristan L'HERMITE (1601-1655)

 

 

In fact, I just want to flirt with you...

 

tumblr lzj355l1HE1qz5q5oo1 r1 500

 

 

ASKME

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 09:58

Don céleste, volupté pure,
De l'univers moteur secret,
Doux aiguillon de la nature,
Et son plus invincible attrait,
Éclair, qui, brûlant ce qu'il touche,
Par l'heureux signal de la bouche,
Avertit tous les autres sens ;
Viens jouer autour de ma lyre ;
Qu'on reconnaisse ton délire
À la chaleur de mes accens.

Tu vas sur tes sujets fidèles
Dispersant des flèches de feu :
Tu nourris de tes étincelles
Le flambeau de l'aveugle dieu.
Sans toi que serait le bel âge ?
Il t'offre son premier hommage,
Il s'éclaire de tes rayons ;
Et, des désirs hâtant l'ivresse,
Sur les lèvres de la jeunesse
Tu fais tes plus douces moissons.

Loin de l'oeil éclatant du monde,
Combien d'êtres infortunés,
Dans une obscurité profonde,
À gémir semblent condamnés !
Pour eux Zéphyr est sans haleine,
Les épis qui dorent la plaine,
Rarement mûrissent pour eux ;
Toi seul les retiens à la terre,
Et, même au sein de leur misère,
Tu leur apprends l'art d'être heureux.

La fleur qui pare nos prairies,
Te doit son lustre et son odeur.
Ces arbrisseaux que tu maries,
Sont tous éclos de ta chaleur.
Ces ruisseaux fuyant sous l'ombrage,
Ces flots caressant leur rivage,
Par ton souffle vont s'embraser ;
Pourquoi des lèvres demi-closes
Ont-elles la couleur des roses ?
C'est là que siège le baiser.

Le froid scrupule en vain s'offense
De tes bienfaits consolateurs ;
Tu tiens sous ton obéissance
Sages, héros, législateurs.
César quitte le Capitole,
Il menace, il s'élance, il vole,
Tout cède à ses travaux guerriers :
Mais il revient, briguant des chaînes,
Caresser les dames romaines
À l'ombre même des lauriers.

Ce Mahomet, ce fou sublime,
Contre tous les périls armé,
Qui pour l'erreur et pour le crime
Avait cru ce globe formé,
Aurait-il, conquérant austère,
Supporté l'ennui de la guerre,
Sans les baisers de ses houris,
Qui charmaient son âme inquiète,
Et, dans le sérail du prophète,
Réalisaient son paradis.

Mais des demeures fastueuses
Tu crains l'appareil imposant ;
Les passions trop orageuses
En bannissent le sentiment.
Ah ! Sur des lèvres altérées,
Et par l'ennui décolorées,
Voudrais-tu donc te reposer ?
Ces lambris dorés, cette estrade
Ces carreaux, ces lits de parade,
Sont l'épouvantail du baiser.

Fuis sous les feuillages champêtres :
C'est là que réside la paix,
Et qu'à l'ombre des jeunes hêtres
On pratique tes doux secrets.
Sur des gerbes, sur une tonne,
Le baiser s'y prend, ou s'y donne ;
Le plaisir n'y fait pas compter ;
Et l'impitoyable étiquette
Sur les lèvres d'une coquette
Ne t'y fait jamais avorter.

Mais en quelques lieux qu'on t'appelle,
Ne déserte point mon réduit ;
Si j'ai pu te rester fidèle,
Que tes faveurs en soient le fruit !
Sème des fleurs sur ma jeunesse ;
Jusques dans la froide vieillesse
Renouvelle encor mes désirs,
Et puisses-tu, pour récompense,
Rencontrer souvent l'innocence,
Et la soumettre à tes plaisirs !

Puisse à ce prix trompant sa mère,
La jeune fille de quinze ans,
Dans son alcôve solitaire
Méditer ton art dans mes chants,
Interroger son âme oisive,
Dévorer l'image expressive
De l'amoureuse volupté,
Ne voir que baisers dans ses songes,
Et soupçonner dans ces mensonges
Les douceurs de la vérité !

 

Hymne au baiser - Claude-Joseph DORAT (1734-1780)

 

2582408669 0690198bde b

 

333371-1020-a

 

404820 313487385361414 272095272833959 890251 1502606073 n

 

baiser-vole-cinema 

 

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article

Présentation

  • : Sans blog !?!
  • Sans blog !?!
  • : Une quintessence de futilité ambiante avec des reminiscences variables de secousses telluriques, atmosphériques, éthyliques...
  • Contact

Recherche

Liens