Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 09:15

- Dis moi quelque chose.

- Non.

- Allez, steuplait.

- Tu veux que je te parle de quoi ?

- N'importe.

- De ton cul ?

- Pffffff

- Et ben j'avais envie de te parler de ton cul.

- ---

- C'est toujours comme ça.

- Quoi ?

- On peut jamais parler de ton cul.

- Hhhh, bon allez d'accord. Parle moi de mon cul...


Le cul a toujours inspiré les hommes de verbe et d'esprit.
Il y a donc des dizaines de façon de bien parler de cul.

* l'humilité humble :
Sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul ! [Montaigne]

* la consternation atterrée :

Elle est si con la lune. Ca doit être son cul qu'elle nous montre toujours. [Samuel Beckett]

* l'intérêt collectif :

C'est formidable le cinéma. On voit des filles avec des robes. Le cinéma arrive et on voit leurs culs... [Jean-Luc Godard]

* le cynisme frémissant  :

A force de péter trop  haut, le cul  prend la place du cerveau. [Julos Beaucarne]

* le regard prophétique :

Les pauvres ont si peu de chance que si la merde valait de l'or, ils viendraient  au monde sans trou du cul. [Eddie Murphy]

* le mépris délicieux :

Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez ; mon cul vous contemple. [Gustave Flaubert]

* l'aigreur militaire :

 Donnez-moi quarante trous du cul et je vous fais une Académie française. [Georges Clémenceau]

* l'agréable constatation :

Le cul est la chose au monde la mieux partagée. [Antoine Blondin]

* le dédain soutenu :

La légion d'honneur, c'est comme les hémorroïdes, n'importe quel trou du cul peut  l'avoir. [Jean Yanne]

* la réalité du monde :

Qu'il est décevant de suivre une femme dans la rue, fasciné par sa démarche, de l'aborder et de constater  que son visage est tellement  moins expressif  que son cul. [Jacques Sternberg]

* la misogynie à part :

Une femme montre plus promptement  son cul que son coeur. [Honoré de Balzac]

* la logique des choses :

Vous vous plaignez du cul des femmes qui est monotone. Il y a un remède bien  simple, c'est de ne pas vous en servir. [Gustave Flaubert]

* l'attaque vitriolée qui fait du bien :

Ils s'assoient exprès sur des chaises cloutées pour avoir mal  au cul pendant des siècles. Ca, c'est des gens qui ont la chance de croire en Dieu. [Pierre Desproges]

* le constat à l'amiable :

Quand on parle de cul, on parle rarement du sien. [Ylipe]

* la phallocratie en bandoulière :

Une mauvaise ménagère est un cul sans mains. [Proverbe français]

* le raffinement british :

Mais madame, votre plus beau profil, vous êtes assise dessus. [Alfred Hitchcock]

 

Photobucket

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jaidurevertropfort.over-blog.com - dans fuck
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sans blog !?!
  • Sans blog !?!
  • : Une quintessence de futilité ambiante avec des reminiscences variables de secousses telluriques, atmosphériques, éthyliques...
  • Contact

Recherche

Liens